Feuertaufe – Die Schlacht von Romanischtsche – FRANZÖSISCH

La marche de la division

La marche de la division

Le 19 juillet, la direction de la progression a été modifiée : la division s’est dirigée vers le sud en direction de Berezovka. Le 20 juillet, la 131e division d’infanterie a été dépassée, prolongeant ainsi le front actuel vers le sud. La 2e compagnie du groupe de reconnaissance 260 reçut dans la nuit la mission de reconnaître la direction UglyRomanischtsche – Goduny. La section cycliste du sergent Lippold est arrivée à Ugly et a signalé que la localité était libre d’ennemis. En poursuivant leur avancée vers Romanischtsche, ils rencontrèrent les premières forces russes au sud de Moissejewka.

Les soldats soviétiques ont utilisé des mitrailleuses, des lance-grenades et des chars légers. Les cyclistes s’écartèrent et s’enfoncèrent dans les forêts au sud de Romanishsche.

Il était désormais clair que la division, dont le poste de commandement se trouvait entre-temps à Saosertschino, devait s’attendre à une attaque imminente de forces soviétiques puissantes.

Le général Schmidt avait l’intention d’anticiper l’attaque et ordonna à son tour une attaque des éléments les plus avancés (régiment d’infanterie 460, IIe bataillon / régiment d’infanterie 470 et le Ier bataillon / régiment d’artillerie 260) afin d’écraser les Russes.

Les bataillons du régiment d’infanterie 460 ont dû s’engager en mouvement sans appui de feu, car l’artillerie n’était pas encore arrivée.

Le 24.07.1941 : Romanischtsche brûle

Le 24.07.1941 : Romanischtsche brûle

Le lieutenant-colonel Lindner a mené l’attaque depuis son poste de commandement dans le cimetière d’Ugly. L’adversaire russe se défendait avec acharnement, sa propre troupe enregistrait ses premières pertes. Le IIIe bataillon, dirigé par le major Grosser, a progressé le plus rapidement et a pénétré dans Romanischtsche. A 20h20, la localité était aux mains des 260. Le régiment d’infanterie 460 prit position à environ un kilomètre à l’est de Romanischtsche. On y déplora 8 tués, 66 blessés et 2 disparus. Mais les autres unités ont également subi des pertes. Un groupe d’éclaireurs de la section de reconnaissance a été détruit, le régiment d’infanterie 480, engagé en arrière-garde, a perdu un groupe d’éclaireurs motorisés sous le commandement du lieutenant Reichert.

Le 21 juillet, l’attaque s’est poursuivie afin d’empêcher les troupes russes de s’installer pour se défendre. La 1ère section du régiment d’artillerie 260, sous le commandement du major Zirkelbach, a ouvert le feu sur les positions ennemies à 04h00, puis les régiments d’infanterie 460 et 470 ont continué à avancer vers l’est. Le régiment d’infanterie 470 a attaqué la localité de Buda.

Le village de Romanischtsche en 2006

Le village de Romanischtsche en 2006

L’attaque a rapidement pris de l’ampleur et la route de Gomsa a été rapidement prise. Les forces russes, constamment sous le feu de l’artillerie, se sont dérobées. Une pièce du 260e régiment d’artillerie a été touchée et est tombée en panne. A 9 heures, les hommes du régiment d’infanterie 460 sont entrés dans Gomsa. Au même moment, le régiment d’infanterie 470, dirigé par le colonel Wenninger, a franchi la rivière Rudjanka. Les deux régiments ont atteint Pestchanaja Rudnja dans l’après-midi. Le régiment d’infanterie 460 s’y installa, le régiment d’infanterie 470 continua sa progression et prit Tchernin avant la tombée de la nuit.

Sous la pluie battante du 22 juillet, le Major Dr. Friker et ses hommes du 1er bataillon / régiment d’infanterie 480 préparèrent le passage de la Bérézina avec le détachement de chasseurs de chars, dirigé par le capitaine Pfeiffer. La 131e division d’infanterie voisine avait pris Paritchi et avait également atteint la rivière. La traversée était prévue pour le 23 juillet, mais la bataille de Romanishsche a eu lieu.

Le 28 juillet 1941, de puissantes forces de reconnaissance russes sont soudainement apparues à l’arrière et au sud de la division (le poste de commandement de la division se trouvait à Moisejewka). Des forces de reconnaissance blindées ont pénétré dans le dos du régiment d’infanterie 480 à l’ouest de Romanishsche.

Après que 4 véhicules aient été abattus par la section cycliste du IIe bataillon / régiment d’infanterie 480 – dirigée par le lieutenant Rauscher – et une section de la 14e compagnie / régiment d’infanterie 480, les propres éléments ont dû se replier sur Gomsa via Romanischtsche.

Grâce aux troupes de reconnaissance et à la reconnaissance aérienne, il a été constaté que les forces soviétiques s’étaient installées en défense à Romanishsche et que des renforts blindés étaient en train d’arriver. La division décida de contre-attaquer. Le général commandant la division et le commandant de la division se sont déplacés à Tchernin pour être sur place lors de l’attaque.

L’ordre pour le 24 juillet était le suivant : „Le régiment d’infanterie 480 avec la 14e compagnie subordonnée / le régiment d’infanterie 460 attaque l’ennemi à la hauteur 149 et des deux côtés de Romanischtsche et le rejette sur Ugly. Le 470e régiment d’infanterie avec le IIe bataillon subordonné / le 460e régiment d’infanterie attaque Dubrowa et tient la localité“.

Le cimetière de Romanischtsche en 2006

Le cimetière de Romanischtsche en 2006

Les deux autres bataillons du régiment d’infanterie 460 restèrent à la disposition de la division au sud de Rudnja. Une reconnaissance de combat du IIIe bataillon / régiment d’infanterie 460 dirigé par le lieutenant Hieber avait établi la liaison avec le régiment d’infanterie 432 de la 131e division d’infanterie à l’ouest de Prudok. La masse du régiment d’artillerie 260 se trouvait derrière les régiments 460 et 470.

Le régiment d’infanterie 480 – dirigé par l‘Lieutenant-colonel Hahm – s’est préparé à l’attaque le 24 juillet 1941. Le IIe bataillon sous les ordres du Major Dr. Bracher se trouvait à l’avant avec la 5e compagnie (Premier-lieutenant Gölz) et la 6e compagnie (Premier-lieutenant Probst), à droite derrière se trouvait la 7e compagnie (Premier-lieutenant Rentschler). A gauche, le IIIe bataillon avec son commandant, le capitaine Labrenz, se trouvait en deuxième ligne avec la 10e compagnie commandée par l‘Premier-lieutenant Söllner (c’est là que se trouvait mon grand-père) et la 11e compagnie (lieutenant Schuler).

Romanichels après la bataille

Romanichels après la bataille

La 13ème compagnie (de canons d’infanterie) a effectué une courte préparation au feu car il n’y avait pas d’artillerie sur place. Le IIe bataillon / régiment d’infanterie 480 a progressé au nord de la route Gomsa – Romanishsche et a pris la hauteur 449. Le IIIe bataillon a dû combattre une forte résistance à Romanishsche. La 10e compagnie (avec mon grand-père) a subi de lourdes pertes au cimetière. L’attaque a été stoppée à midi par l’arrivée de forces blindées russes venant de l’ouest et du sud-ouest.

La 14e compagnie (Premier-lieutenant Jäger), qui se trouvait dans la bande de combat du IIe bataillon, a immédiatement pris position et a tiré sur les chars. Au final, 8 chars ont été détruits. L’essentiel de l’attaque des chars soviétiques était dirigé contre le IIIe bataillon, principalement contre la 10e compagnie. Le chef de la compagnie, le lieutenant Söllner, et tous les chefs de section ont été tués.

Les compagnies voisines (9e et 11e) ont tenu avec acharnement leurs positions à proximité du cimetière. Le Feldwebel Bolander de la 11e compagnie a notamment réussi à abattre 3 chars soviétiques avec son fusil antichar.

Après que la première vague de chars ait été repoussée avec succès, une large brèche s’est ouverte au sein du IIIe bataillon, qui a été comblée en toute hâte par le groupe de chasseurs de chars 260 alerté. Avant même que les hommes du capitaine Pfeiffer n’aient préparé leurs canons au combat, la deuxième vague de chars soviétiques a commencé à déferler.

Un T26 abattu près de Romanischtsche le 24.07.1941

Un T26 abattu près de Romanischtsche le 24.07.1941

Un chasseur de chars raconte „…et bientôt le terrain devant Romanischtsche était recouvert d’épaves de chars enflammées et fumantes. Le groupe de chasseurs de chars 260 avait littéralement réussi à empêcher la percée des chars russes à la dernière minute. Des prisonniers ont déclaré plus tard que 60 chars étaient partis à l’attaque. Parmi eux, 51 se trouvaient maintenant sur le champ de bataille, abattus“.

Les combats ont diminué à la tombée de la nuit. Le Ier bataillon, qui se trouvait sur la Bérézina, a été ramené. Bataillon a reçu l’ordre de rentrer. Les 1ère (lieutenant Beil) et 2ème compagnies (lieutenant Prechtl) ont été transportées en camion vers l’avant et ont pris des positions à l’est de Romanishsche. L’ennemi semblait avoir été repoussé ; le régiment d’infanterie 480 s’est maintenu. Ce succès avait cependant un prix très élevé : 53 hommes du régiment d’infanterie 480 avaient été tués !

Le régiment d’infanterie 470, qui attaquait vers le sud, rencontra également une résistance opiniâtre. Le Ier bataillon (lieutenant-colonel Voigt) et le IIe bataillon (major Baur) prirent Dubrowa et arrivèrent sur une ligne Dubrowa – Saraschje – Welikije Bor. Le IIIe bataillon du régiment d’infanterie 470 (major Dr. Schütz) a été attaqué par des chars lors de sa progression et a été encerclé à Vyashny. Comme il n’était pas possible de se dégager, le IIIe bataillon a été ordonné de s’y rendre en camion. La situation au sein du régiment d’infanterie 480 s’est calmée, le bataillon encerclé a pu être libéré – partout, on s’est installé en défense. Le groupe de combat du lieutenant-colonel Lindner dans la région de Gomsa se présentait désormais comme suit, de gauche à droite : I. Bataillon / Régiment d’infanterie 470 (OTL Voigt) – II. Bataillon / Régiment d’infanterie 460 (Major Reithinger) – Reste du Ier bataillon / Régiment d’infanterie 480 (Major Dr. Friker).

Les tombes des soldats tombés près de Romanischtsche

Les tombes des soldats tombés près de Romanischtsche

Le 25 juillet, les combats étaient terminés, les troupes russes abandonnaient et se dérobaient. La 260e division d’infanterie a pu bénéficier d’une journée de repos pour améliorer et rafraîchir ses positions. Les pertes de la division étaient immenses :

33 officiers, dont 7 tués, et 563 sous-officiers et hommes de troupe, dont 85 tués !

A l’occasion du baptême du feu de la division à l’est, le lieutenant-général Schmidt a émis l’ordre du jour suivant :

„Malgré les extraordinaires performances de marche précédentes, la Division a attaqué avec élan et bravoure au cours des derniers jours de combat et a abattu un adversaire coriace dans des conditions de combat extrêmement difficiles. Les missions confiées à la division ont été pleinement remplies. Toutes les armes sans exception ont participé à ce succès!“

 

Kommentare sind geschlossen.